Nous utilisons des cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Ce site respecte la loi RGPD du 25 mai 2018. Pour en savoir plus, cliquez ici
(+33) 02 47 61 20 22 Du lundi au vendredi de 10H à 16H30

L'almanach 2013 des fous du tracteur

L'almanach 2013 des fous du tracteur - cpe - 9782365720755 -
L'almanach 2013 des fous du tracteur 
Voir la nouvelle édition
L'almanach 2014 des fous du tracteur
Année : 10/2013 0
Achetez l'article neuf à prix reduit et gagnez 0 €

Auteur : 

Editeur : CPE

Date parution :

Les tracteurs fascinent.
Ils ne représentent pourtant qu’une petite partie de la très longue histoire de l’agriculture, mais ils fascinent.
Avant eux, la vapeur a fait écarquiller les yeux.
Le cheval a cédé sa place petit à petit à des machines plus monstrueuses les unes que les autres, capables de labourer un champ en tirant des charrues avec un câble.
De tout temps, il est évident que les inventions agricoles avaient pour but de soulager la peine des hommes.
Célestin Gérard, un jeune Vosgien plein d’ambition, quand il posa ses valises à Vierzon, n’avait que cette idée en tête.
Il commença par des tarares, des coupe-racines et dans les tréfonds de son imagination, il en extirpa d’autres idées fabuleuses, visibles sur des catalogues plantureux.
C’est ainsi qu’il créa un véritable empire, dans le centre de la France : la Société Française de Vierzon, SFV, marque mythique, dès la fin des années 1930, d’un tracteur devenu le chouchou, plutôt l’incontournable, des collectionneurs.
Combien de sagas comme celle-ci se sont écrites à travers la France et dans le monde ?
Combien de marques de tracteurs, de la plus confidentielle à la plus répandue, ont irrigué les champs hexagonaux ?
Lanz, Titan, Ferguson, Renault, Someca, Farmall, Massay-Harris, Fordson, Case, Porsche, Le Robuste, SFV, entre autres, ont imprimé leurs empreintes, de roues en fer ou de pneus.
Les cartes postales et les photos anciennes montrent avec générosité des trains de battage itinérants composé d’un tracteur, d’une batteuse et d’une lieuse.
Revenons à Vierzon.
Dans les manuels d’histoire agricole, cette ville est certainement la plus atypique car elle fournissait, à elle seule, les 5/7è du matériel de battage français : un tracteur SFV devant, une batteuse Merlin au milieu et une lieuse Brouhot derrière.
Évidemment, cette industrie du machinisme agricole a vécu son âge d’or jusqu’au milieu des années 1950.
Le déclin rural, l’arrivée de tracteurs étrangers et surtout la modernisation de l’agriculture, ont mis à mal des pans entiers de l’industrie.
On croyait les tracteurs anciens morts.
C’était sans compter sur l’opiniâtreté des passionnés et des collectionneurs.
A l’instar des voitures anciennes, une véritable organisation s’est mise en place.
Elle draine ainsi le territoire de centaines d’associations qui elles-mêmes organisent des centaines et des centaines de manifestations.
Des musées, des écomusées, des conservatoires fleurissent avec comme seul but, la préservation d’un patrimoine fascinant qui sait raconter des histoires fabuleuses.
Le tracteur n’est qu’un maillon de la chaîne.
Il entraîne avec sa survivance, celle des moissonneuses-batteuses, lieuses, locomobiles et autres matériels rares, sans oublier les traditions, la force symbolique de la moisson, de l’entraide autour de la batteuse.
Plus large encore, saute aux yeux, la volonté d’un passage de relais pour que ce patrimoine ne meurt jamais.
Les fêtes prestigieuses rassemblent un public de plus en plus nombreux car toujours attaché à la terre dont il vient.
On y vend, on y échange, on y déniche la perle rare, la pièce qui manque.
On vient y chercher des conseils précieux.
Une véritable économie est née dans la re-fabrication de pièces, dans les ventes d’engins, dans les restaurations minutieuses et respectueuses de l’original, dans les musées.
Du coup, sur internet, on trouve des forums de discussion dédiés aux tracteurs, parfois par marques.
Des sites et des blogs relaient les restaurations des uns et des autres autant que les informations de dernière minute.
Des magazines ont vu le jour, un, deux, trois, quatre, jusqu’à sept ou huit aujourd’hui.
La littérature est abondante, elle consacre le tracteur, soit dans son ensemble, soit par marque.
Il faut dire que les collectionneurs sont estimés à environ 30.
000 en France.
Un collectionneur peut être à la tête de dix, vingt, trente engins, voire plus.
Ou de seulement quelques unités.
Leur plus grand mérite, c’est au-delà de se faire plaisir, les collectionneurs de tracteurs ne mettent pas leurs engins sous cloche.
Ils montrent comment le travail agricole se faisait jadis, comment il a évolué.
Et c’est la pratique de ce patrimoine vivant qui attire les jeunes gens vers la collectionnite et la restauration.
Certains jeunes passionnés, très jeunes même, n’hésitent pas à mêler les hautes technologies de leur I.
Pad à celles plus rudimentaires d’un mono cylindre de marque Vierzon.
Les plateformes de vidéos regorgent d’image du démarrage épique d’un SFV (dont il faut chauffer la boule au préalable avant d’actionner le volant).
Le tracteur fascine.
Et c’est ce qui est finalement le plus fascinant.
Grâce à cette résurgence, cette vague qui n’en finit pas de monter, des velléités naissent autour des anciennes usines qui ont fabriqué des tracteurs.
C’est le cas encore de Vierzon dont les chaînes de fabrication du tracteur, transformées au milieu des années soixante en chaîne de fabrication d’engins de travaux publics attendent d’être restaurées pour faire revivre la mémoire du SFV.
Partout, en France, mais aussi en Suisse, Belgique, Pays-Bas, le tracteur ancien vit une seconde jeunesse.
C’est pour cette raison qu’un almanach devait lui être consacré.
C’est fait.

Auteurs :

Rémy Beurion est né à Vierzon, patrie incontestable du tracteur Vierzon, des batteuses Merlin et Brouhot. Difficile d’échapper au destin industriel de cette ville, marqué profondément par le machinisme agricole. Un grand-père qui travaille à la Société-Française de Vierzon, un frère qui fréquente l’usine Case, héritière de la Française, une fermeture de l’usine en 1995 vécue comme journaliste et une rencontre avec la mémoire des lieux. Depuis, les tracteurs de Vierzon qui avaient déserté les souvenirs de la ville reviennent peu à peu sous l’action conjuguée d’une prise de conscience et d’un combat permanent pour que le patrimoine industriel et agricole de Vierzon retrouve l’égale superbe de la saga qui fit de Vierzon, la capitale du machinisme agricole.


En suivant ce lien, retrouvez tous les livres dans la spécialité Véhicules utilitaires.
Reliure : Broché
Nbr de pages : 127
Dimension : 19,5 cm × 26,5 cm × 1,0 cm
Poids : 345 gr
ISBN 10 : 2365720757
ISBN 13 : 9782365720755
9,90 €(-0%)   9,90 €
Epuisé , cet ouvrage n'est plus commercialisé par l'éditeur (en savoir plus)

Acheter la nouvelle édition

Nouvelle édition L'almanach 2014 des fous du tracteur
9,90 €

Avis clients sur L'almanach 2013 des fous du tracteur - cpe -

(Ils sont modérés par nos soins et rédigés par des clients ayant acheté l'ouvrage)
Donnez votre avis

NOUVELLE EDITION

L'almanach 2014 des fous du tracteur
Auteur : Rémy BEURION |
Editeur : CPE
Année : 10/2013 
Souvent acheté avec L'almanach 2013 des fous du tracteur, le Processus dégénératifs
16,50 €(-0%)   16,50 €
Dernières parutions sur Machines agricoles - Outils, Document unique métier : Vente et réparation de matériel agricole - Version 2020
69,95 €
Dernières parutions sur Machines agricoles - Outils, Calendrier Tracteur Rétro 2021
19,90 €
Dernières parutions sur Machines agricoles - Outils, Les tracteurs à chenilles à la conquête des campagnes françaises
45,00 €
Dernières parutions sur Machines agricoles - Outils, À la découverte des moissonneuses-batteuses 1920 - 2000
45,00 €
Dernières parutions sur Machines agricoles - Outils, Les meilleurs essais tracteurs de Matériel agricole
19,90 €
Dernières parutions sur Machines agricoles - Outils, La ventilation des bâtiments d'élevage de ruminants
29,00 €

Rubriques associées pour L'almanach 2013 des fous du tracteur :