Nous utilisons des cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Ce site respecte la loi RGPD du 25 mai 2018. Pour en savoir plus, cliquez ici
(+33) 02 47 61 20 22 Du lundi au vendredi de 10H à 16H30

Coléoptères Carabiques
Compléments et mise à jour. Volume 2.

Coléoptères Carabiques - federation francaise des societes de sciences naturelles - 9782903052348 -
Coléoptères Carabiques 

Jacques Coulon est un ancien universitaire, spécialisé en éco-éthologie des rongeurs.

Tombé très jeune dans le chaudron des sciences naturelles, il s'est par la suite passionné pour l'étude des Coléoptères et plus spécialement des Carabidés. Ses travaux portent tout particulièrement sur les Bembidions et les Tachyini.

Universitaire, mathématicien, René Pupier s'est intéressé très tôt à l'entomologie. Il a ainsi étudié certains groupes de Coléoptères et publié, seul ou en collaboration, une trentaine d'articles ou d'ouvrages. Il s'est récemment consacré à l'étude des Carabidae Pterostichini européens.

Éric Quéinnec est professeur à l'Université Pierre-et-MarieCurie (Paris VI) où il enseigne la biologie évolutive et la zoologie. Spéléologue et spécialiste de la faune souterraine depuis plus de trente ans, il s'intéresse tout particulièrement aux Trechini, cavernicoles ou épigés.
Spécialiste des Carabidae endogées ou cavernicoles, Éric 011ivier pratique la spéléologie depuis plus de quinze ans. Ce normand, féru d'histoire naturelle est un photographe passionné. Il a exploré une multitude de grottes et de gouffres, des Pyrénées aux Balkans. Il arpente régulièrement les hauts sommets de l'Atlas et de la cordillère des Andes.

Après avoir, durant de nombreuses années, chaussé des bottes afin d'étudier l'écologie des arthropodes terrestres intertidaux, puis les invertébrés aquatiques dont plus particulièrement les Coléoptères des eaux courantes, Philippe Richoux s'est tourné, les pieds au sec, vers des insectes plus colorés et plus graciles : les Cicindèles.

Auteurs :

Jacques Coulon est un ancien universitaire, spécialisé en éco-éthologie des rongeurs. Tombé très jeune dans le chaudron des sciences naturelles, il s'est par la suite passionné pour l'étude des Coléoptères et plus spécialement des Carabidés. Ses travaux portent tout particulièrement sur les Bembidions et les Tachyini. Universitaire, mathématicien, René Pupier s'est intéressé très tôt à l'entomologie. Il a ainsi étudié certains groupes de Coléoptères et publié, seul ou en collaboration, une trentaine d'articles ou d'ouvrages. Il s'est récemment consacré à l'étude des Carabidae Pterostichini européens. Eric Quéinnec est professeur à l'Université Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI) où il enseigne la biologie évolutive et la zoologie. Spéléologue et spécialiste de la faune souterraine depuis plus de trente ans, il s'intéresse tout particulièrement aux Trechini, cavernicoles ou épigés. Spécialiste des Carabidae endogées ou cavernicoles, Eric Ollivier pratique la spéléologie depuis plus de quinze ans. Ce normand, féru d'histoire naturelle est un photographe passionné. Il a exploré une multitude de grottes et de gouffres, des Pyrénées aux Balkans. Il arpente régulièrement les hauts sommets de l'Atlas et de la cordillère des Andes. Après avoir, durant de nombreuses années, chaussé des bottes afin d'étudier l'écologie des arthropodes terrestres intertidaux, puis les invertébrés aquatiques dont plus particulièrement les Coléoptères des eaux courantes, Philippe Richoux s'est tourné, les pieds au sec, vers des insectes plus colorés et plus graciles : les Cicindèles.


En suivant ce lien, retrouvez tous les livres dans la spécialité Entomologie.

Descriptif : 

Reliure :
Broché
Nbr de pages :
684
Dimension :
16 x 24 x 1.5 cm
Poids :
595 gr
ISBN 10 :
2903052344
ISBN 13 :
9782903052348
49,00 €
En stock en ligne
Expédié à 0.01€ aujourd'hui (en savoir+)
A retirer en librairie à partir du 31/07 à 46,55 € -5%

Avis clients sur Coléoptères Carabiques - federation francaise des societes de sciences naturelles - Faune de France

(Ils sont modérés par nos soins et rédigés par des clients ayant acheté l'ouvrage)
Donnez votre avis

Sommaire

PLAN DE L'OUVRAGE

Partie Systématique
: 372

Harpalidae 372

Perigonini (par J. Coulon) 372

Harpalini (par J. Coulon) 373

Abacetini (par R. Pupier) .422

Pterostichini (par R. Pupier) .422

Sphodrini (R. Pupier) 486

Platynini (par J. Coulon) 502

Zabrini (par J. Coulon et R. Pupier) 520

Chlaeniini (par J. Coulon ) 551

Oodini (par J. Coulon) 557

Panagaeini (par J. Coulon) 557

Licinini (par J. Coulon) 558

Cyclosomini (par J. Coulon) 563

Odacanthini (par J. Coulon) 564

Lebiini (par 1. Coulon) 564

Dryptini (par J. Coulon) 592

Zuphiini (par J. Coulon) 592

Brachinidae (par J. Coulon) 595

Références bibliographiques 601

Catalogue des espèces répertoriées en France 628

Index 671

Table des matières 681

Planches 685


Photographie de la couverture:
Daptus villa/us, 28/IV/2008, Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône). Taille de l'inse environ 8 mm. Photo Hervé Bouyon.
SYSTÉMATIQUE (suite)
FAM. HARPALIDAE BONELLI, 1810
Dans la conception actuelle, toutes les familles distinguées par Jeannel au sein de son ensemble des Conchifera, sont regroupées dans une seule et même famille (grou­pement monophylétique) des Harpalidae. Cet ensemble des Harpalidae correspond donc à la totalité du tome 2 (volume 40) de la Faune de France de Jeannel, à l'excep­tion notable des Brachinidae.
TRIBU PERIGONINI HORN, 1881 (par Jacques COULON)
Page 577 : Supprimer le tableau des sous-familles.
GEN. PERIGONA LAPORTE DE CASTELNAU, 1835
Espèce-type: Perigona pallida Laporte de Castelnau, 1835

SUBGEN. TRECHICUS LECONTE, 1853
Espèce-type: Trechicus umbripennis LeConte, 1853 (= Bembidium nigriceps De­
jean, 1831)

Page 580 : Corriger Laporte de Castelnau 1834 en Laporte de Castelnau 1835.
Page 581 : Une seule espèce en France, Perigona (Trechicus) nigriceps (Dejean, 1831).
Page 582 à 584 : Supprimer le paragraphe relatif à la sous-famille des Anchonoderi­tae
-Le genre Atranus LeConte, 1848, placé par Jeannel dans les Perigonidae Anchono­deritae, est actuellement considéré comme un Platynini. Il est traité page 503 du pré­sent ouvrage.
HARPALIDAE 373
TRIBU HARPALINI BONELLI. 1810
(par Jacques COULON)
Page 584 : La sous-famille est attribuée à Bonelli, 1810 et non à LeConte, 1861. Cor­riger en conséquence.
Page 586 : Tableau des sous-familles. Remplacer les sous-familles par des sous-tribus.
TABLEAU DES SOUS-TRIBUS DE LA TRIBU HARPALINl
1.
Languette du labium plurisétulée. Palpes labiaux polychètes. Rebord élytral absent ou incomplet, sauf dans le genre Graniger (Carterophonus sensu Jeannel). Tégu­ments toujours lisses sans microsculpture. Protarses et mésotarses du mâle simples ou avec un revêtement feutré ventral (Carterus) ou encore avec deux rangées de phanères (Graniger) .Ditomina -Languette du labium bisétulée. Élytres munis d'un rebord basal complet 2

2.
Épistome à bord antérieur échancré, la base du labre membraneuse dans l'échan­crure. Tête large, difforme, à mandibules obtuses. Palpes labiaux polychètes. Pro­tarse et mésotarse des mâles simples ou dilatés, munis en dessous de doubles rangées de phanères adhésives .Amblystomina -Épistome à bord antérieur rectiligne, la base du labre chitinisée. Tête de forme normale 3

3.
Palpes labiaux polychètes .4 -Palpes labiaux dichètes Stenolophina

4.
Protarse et mésotarse des mâles avec les articles II et III largement dilatés, les ar­ticles Il à IV densément feutrés en dessous .Anisodactylina -Protarse et mésotarse des mâles avec les quatre premiers articles dilatés et munis en dessous de doubles rangées de phanères à large pavillon adhésif, parfois simples, jamais feutrés .Harpalina


SOUS-TRIBU DITOMINA BONELLI, 1810
Page 588 :
TABLEAU DES GENRES DE LA SOUS-TRIBU DITOMINA
1.
Rebord basal absent. Protarses des mâles simples ou feutrés en dessous -Rebord basal présent. Protarses des mâles à double rangée de phanères. Tête de grosseur normale, pronotum cordiforme, très rétréci en arrière, les angles posté­rieurs obtus. Couleur rousse uniforme Graniger

2.
Angles antérieurs du pronotum non saillants, arrondis. Tête avec un rétrécissement collaire, tempes plus ou moins bombées et pubescentes 3 -Angles antérieurs du pronotum saillants et aigus, embrassant la tête latérale­ment. Tête très grosse dépourvue de rétrécissement collaire .Dixus

3.
Taille médiocre à protarses dilatés et feutrés en dessous chez les mâles. Toujours chez les mâles, épistome sans come médiane, parfois bituberculé, les mandibules parfois dilatées et munies d'expansions aliformes Carterus -Taille généralement grande, protarses des mâles simples .4

4.
Forme allongée subcylindrique. Tête petite, épistome des mâles muni d'une grande come médiane .Ditomus -Forme robuste. Tête grosse, le bord de l'épistome échancré ou multidenté . .......................................................................................................Tschitscherinellus


GEN. GRAN/GER MOTSCHULSKY, 1864
Espèce-type: Graniger algerinus Motschulsky, 1864
(= Carterus femoralis Coquerel, 1859)
= Carterophonus Ganglbauer, 1891

Pages 621 et 622 : Supprimer le genre Carterophonus de la tribu des Selenophorini. Remplacer Carterophonus Ganglbauer, 1891 par Graniger Motschulsky, 1864 [Bul­letin de la Société Impériale des Naturalistes de Moscou, 37 : p. 97].
Page 623 : Graniger cordicollis (Audinet-Serville, 1821). Synonymes: remplacer promissus Reiche, 1869 par Reiche, 1872.
GEN. D/XUS BILLBERG, 1820 Espèce-type: Scarites bucephalus Olivier, 1795 (= Scarites clypeatus Rossi, 1790)
Page 596-600 : remplacer Ditomus Bonelli (sensu Jeanne!) par Dixus Billberg, 1820
[Enumeratio Insectorum, Stockholm, P. 27].
Gonoxyaristus Stichel, 1923 est synonyme de Dixus. Supprimer par contre Aristus La­
treille, 1817 qui est synonyme de Ditomus et non de Dixus.

Page 598 : Remplacer Dixus opacus Erichson, 1841 par D. interruptus (Fabricius,
1775) [Systema Entomologiae, p. 242]. Modifier en conséquence la synonymie indi­
quée. Par ailleurs, l'espèce est sans doute à supprimer de la Faune de France. Outre les
indications de la page 600, dont Jeannel lui-même écrit qu'elles mériteraient confir­
mation, elle n'a jamais, semble-t-il, été reprise sur le territoire français.

TABLEAU DES ESPÈCES DU GENRE DlXUS
1.
Pronotum sétulé sur toute la longueur des côtés et de la base. Élytres d'un noir de poix, légèrement luisants et plus ou moins ponctués sur les interstries 2 -Pronotum et élytres glabres, d'un noir mat et profond, les interstries sans ponc­tuation. Taille: 10 à Il mm interruptus

2.
Tête, pronotum et élytres très densément ponctués et pileux; interstries des élytres à ponctuation dense, forte, non alignée longitudinalement. Tibias noirs. Taille: Il à 13 mm capito -Tête et pronotum à ponctuation moins serrée sur le disque que sur les côtés, la tête avec deux larges fossettes frontales. Interstries des élytres moins densément ponctués. Tibias roussâtres 3

3.
Rebord latéral du pronotum oblitéré en arrière. Interstries des élytres à ponctua­tion éparse et superficielle, les points plus gros sur les interstries impairs 3, 5 et 7. Taille: 8 à II mm clypeatus -Rebord latéral du pronotum prolongé jusqu'à la base. Interstries des élytres à ponctuation fine, aciculée, régulière. Taille: 5 à 8 mm .sphaerocephalus


GEN. CARTERUS DEJEAN, 1830
Espèce-type: Cartems interceptus Dejean, 1829
Pages 589. 590, 591 : Supprimer les sous-genres Sabienus et Odontocarus. Le genre Sabienus doit être nommé Ditomus Bonelli, 1810 (nec Jeannel) ; le geme Odontoca­ms (Espèce-type: Ditomus cephalotes Dejean, 1826) n'est pas représenté en France. L'espèce française cordatus est rangée dans le genre Tschitscherinellus Csiki, 1906.
Page 591 : TABLEAU DES ESPÈCES DU GENRE CARTERUS
1.
Épistome visiblement échancré laissant apercevoir un étroit liseré membraneux de la base du labre. Tête avec les yeux élargis en avant, à peine moins large que le pro­notum à sa plus grande largeur (fig. 71c). Élytres arrondis conjointement à l'apex. Premier antennomère plus mince à la base, c1aviforme, moins long que les deux sui­vants réunis. Tête des mâles avec un petit tubercule c1ypéo-frontal .fulvipes -Épistome absolument rectiligne, non échancré 2

2.
Premier antennomère claviforme, à base mince, aussi long ou plus long que les deux suivants réunis. Tête avec les yeux presque aussi large que le pronotum 3 -Premier antennomère épais à la base, non c1aviforme, moins long que les deux suivants réunis. Tête petite, plus large avec les yeux que la moitié du pronotum à sa plus grande largeur. Élytres séparément arrondis à l'apex. Pronotum très ample, aussi régulièrement arrondi en arrière qu'en avant. Tête simplement bituberculée chez les mâles. (fig. 71d) rotundicollis