Nous utilisons des cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Ce site respecte la loi RGPD du 25 mai 2018. Pour en savoir plus, cliquez ici
(+33) 02 47 61 20 22 Du lundi au vendredi de 10H à 16H30

Dans le marbre et l’airain
La mémoire des Bonaparte en Corse : les statues

Dans le marbre et l’airain - albiana - 9782824110912 -
Dans le marbre et l’airain 

Auteur : 

Editeur : ALBIANA

Date parution :
Alors que l’Ancien Régime célébrait essentiellement les monarques, les grands chefs de guerre et les saints désignés par l’Église, le XIXe siècle honore de nombreux personnages civils. Sous le règne de Louis-Philippe les statues se multiplient, et sous Napoléon III, la statuaire publique prend un nouvel essor. Désormais les statufiés sont aussi bien des écrivains, des savants, des hommes de bien ou d’Église que des maréchaux. La Corse, à l’instar du continent, pratique la « statuomanie » et glorifie ses personnalités locales. Ainsi, si la première d’entre elles est l’Empereur Napoléon Ier, elle n’ignore pas pour autant ceux qui se sont battus pour elle ou pour la Patrie, dans le cadre d’une action politique ou d’un combat armé. Parmi ceux qui ont pris les armes, Sampiero Corso, Giovan Pietro Gafforj, Pascal Paoli, Jean-Charles Abbatucci ou Thomas Arrighi de Casanova, sont les figures emblématiques de l’île. Les bienfaiteurs ont aussi leur place dans ce panthéon des grands hommes. Les hommes de bien loués en Corse sont essentiellement des ecclésiastiques tels que le cardinal Fesch ou Mgr Casanelli d’Istria. À Calvi, le buste du docteur Marchal, qui y est né en 1815, atteste que le XIXe siècle rend aussi hommage aux scientifiques. Le point commun entre ces hommes est d’avoir rendu service à la communauté. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, la Corse va donc perpétuer, par des monuments, le souvenir des hommes qui l’ont illustrée. Ces édifices commémoratifs sont indissociables des travaux d’urbanisme qui sont effectués à cette époque-là. (…)

Odile Bianco, commissaire de l’exposition (extrait)

« Recenser la statuaire napoléonienne en Corse, c’est parcourir l’espace et le temps, et être précisément sur le chemin qui croise ce que fut chacun des membres de la famille et ce que voulut chaque territoire, plus tard, pour l’honorer : en treize monographies fouillées, le propos s’élargit au-delà de la représentation de Napoléon, qui aimait la sculpture comme expression d’une référence à l’Antiquité, à celle d’autres membres de la famille (…) »

Élisabeth Caude, conservatrice générale du patrimoine, directrice du musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau, extrait de la préface.


Auteurs :

Directeur de publication Ont contribué à la rédaction de cet ouvrage : Odile Bianco - Assistante administrative et de documentation ; Alain Gauthier- Géologue ; Pierre-Claude Giansily - Conservateur des antiquités et objets d'art de la Corse du Sud ; Audrey Giuliani - Attachée de conservation au musée de Bastia, historienne de l'art ; Sylvain Gregori - Directeur du musée de Bastia, docteur en Histoire, chercheur associé au CMMC ; Philippe Jehin - Professeur agrégé d'Histoire ; Raphaël Lahlou - Historien ; Elisabeth Lebon - Historienne de l'art ; Michel-Edouard Nigaglioni - Chercheur au service de l'Inventaire de Corse (Collectivité de Corse) ; Jean-Marc Olivesi - Conservateur général du patrimoine, musée national de la Maison Bonaparte ; Chantal Prevot - Responsable des bibliothèques de la Fondation Napoléon.

Alors que l'Ancien Régime célébrait essentiellement les monarques, les grands chefs de guerre et les saints désignés par l'Eglise, le du XIXe siècle honore de nombreux personnages civils. Sous le règne de Louis-Philippe les statues se multiplient, et sous Napoléon III, la statuaire publique prend un nouvel essor. Désormais les statufi és sont aussi bien des écrivains, des savants, des hommes de bien ou d'Eglise que des maréchaux. La Corse, à l'instar du continent, pratique la 'statuomanie' et glorifie ses personnalités locales. Ainsi, si la première d'entre elles est l'Empereur Napoléon Ier, elle n'ignore pas pour autant ceux qui se sont battus pour elle ou pour la Patrie, dans le cadre d'une action politique ou d'un combat armé. Parmi ceux qui ont pris les armes, Sampieru Corsu, Giovan Pietro Gafforj, Pascal Paoli, Jean-Charles Abbatucci ou Thomas Arrighi de Casanova, sont les figures emblématiques de l'île. Les bienfaiteurs ont aussi leur place dans ce panthéon des grands hommes. Les hommes de bien loués en Corse sont essentiellement des ecclésiastiques tels que le cardinal Fesch ou Mgr Casanelli d'Istria. A Calvi, le buste du docteur Marchal, qui y est né en 1815, atteste que le du XIXe siècle rend aussi hommage aux scientifiques. Le point commun entre ces hommes est d'avoir rendu service à la communauté. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, la Corse va donc perpétuer, par des monuments, le souvenir des hommes qui l'ont illustrée. Ces édifices commémoratifs sont indissociables des travaux d'urbanisme qui sont effectués à cette époque-là. (...) Odile Bianco, commissaire de l'exposition (extrait)
En suivant ce lien, retrouvez tous les livres dans la spécialité Histoire de l'architecture.
Reliure : Relié
Nbr de pages : 304
Dimension : 26.5 x 24 x 2.9 cm
Poids : 1656 gr
ISBN 10 : 2824110910
ISBN 13 : 9782824110912
35,00 €
Sur commande , expédition sous 4 à 8 jours (en savoir plus)

Avis clients sur Dans le marbre et l’airain - albiana -

(Ils sont modérés par nos soins et rédigés par des clients ayant acheté l'ouvrage)
Donnez votre avis
LA STATUAIRE EN CORSE : ENJEUX ET PROTAGONISTES
Aussi durable que l'airain, la mémoire des Bonaparte en Corse - Jean-Marc Olivesi
La statuaire en Corse, entre ' statuomanie ' et projets urbanistiques - Odile Bianco
Modalités d'érection d'une statue, souscriptions et commandes - Odile Bianco
Les fondeurs - Elisabeth Lebon
Le masque mortuaire de Napoléon, entre fascination et imagination - Chantal Prévot
Gabriel-Vital Dubray et la Corse : un lien amical et professionnel - Odile Bianco
Camille de Friess-Colonna - Raphaël Lahou
Les statues qu'on abat : le cas Joséphine - Christophe Pincemaille
Les roches ornementales utilisées en Corse au XIXe siècle et au début du XXe siècle - Alain Gauthier
LES MONUMENTS
La statue du Premier Consul, chronique d'un monument du Consulat au Second Empire Odile Bianco
La statue colossale de Napoléon Ier - Michel Edouard Nigaglioni
Monument à Napoléon et ses frères - Odile Bianco
Monument élevé à la mémoire de l'Empereur Napoléon 1er et des Princes ses frères - Rapport de Viollet-le-Duc
Buste de François Xavier Forcioli Conti (1847-1908) - Odile Bianco
Commémorations et festivités au Casone autour de la figure de Napoléon - Audrey Giuliani
Le monolithe d'Algajola - Odile Bianco
Le buste du roi de Rome (1811-1832) - Odile Bianco
Le roi Joseph, une statue au destin contrarié - Odile Bianco
Le cardinal Fesch (1763-1839) - Odile Bianco
Le général Abbatucci (1770-1796) - Odile Bianco
La statue du général Arrighi de Casanova, une oeuvre du sculpteur Auguste Bartholdi - Philippe Jéhin
La statue colossale de Pascal Paoli (1725-1807) - Michel Edouard Nigaglioni
Monseigneur Casanelli d'Istria (1796- 1869) - Odile Bianco
Débonapartiser, républicaniser et franciser les Corses : Les statues de Sampieru Corsu ou la fabrique d'un héros - Sylvain Gregori
Jean-Pierre Gaffory, général de la nation (1704-1753) - Odile Bianco
La chapelle Quilici - Odile Bianco
DOCUMENTATION
Notices des oeuvres
Biographie des sculpteurs Pierre Claude Giansily
Bibliographie sélective