Nous utilisons des cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Ce site respecte la loi RGPD du 25 mai 2018. Pour en savoir plus, cliquez ici
(+33) 02 47 61 20 22 Du lundi au vendredi de 10H à 16H30

La condition animale. Essai juridique sur les justes places de l'Homme et de l'animal
Essai juridique sur les justes places de l'Homme et de l'animal

La condition animale. Essai juridique sur les justes places de l'Homme et de l'animal - mare et martin - 9782849341940 -
La condition animale. Essai juridique sur les justes places de l'Homme et de l'animal 
Livre Epuisé
, voir article similaire

L'esprit des droits. Philosophie des droits de l'homme
Année : 01/2007 

Auteur : 

Editeur : Mare Et Martin

Collection : Bibliothèque des thèses

Date parution :

La tradition occidentale a édifié une frontière intangible entre l’Homme et l’animal, a fait de l’un l’antithèse de l’autre : le premier a été dit un individu supérieur, un être-tout, le second un individu inférieur, un être-rien.
Le Droit a relayé ce dualisme : il a institué l’Homme en tant que personne et sujet de dignité ; il a installé l’animal dans la catégorie des choses, et lui a assigné une valeur seulement utilitaire.
Des contestations, cependant, s’élèvent : certains veulent humaniser l’animal, aligner sa condition sur celle de l’Homme ; ils désirent que soient attribués à la bête une dignité, la personnalité juridique et plusieurs des droits subjectifs humains.
Cette tentation humanisante, toutefois, doit être récusée, car elle porte le péril de l’animalisation de l’Homme : à égaliser les conditions de l’humain et de l’animal, on risque, en effet, plutôt que de traiter la bête comme un Homme, de traiter l’humain comme une bête.
Il faut donc, impérativement, maintenir la frontière Homme/animal : non pas au motif de la supériorité de l’Homme sur la bête, mais pour éviter qu’à l’Homme, si fragile, si vulnérable qu’il est, il soit fait une condition animale.
Cependant, l’animal est lui aussi un être vulnérable, qui peut faire l’objet de traitements contraires à son essence même.
Cette essence animale, il est proposé de l’appeler l’esséité.
Une esséité qui, pour ne pas se confondre avec la dignité humaine et ne pas commander la personnification juridique de l’animal, appellerait par contre l’instauration, au profit de la bête, d’une protection pénale absolue : n’interdisant pas son institution en tant que chose juridique, elle prohiberait catégoriquement, en revanche, tous agissements ou pratiques via lesquels l’animal serait ramené au rang de chose pure, c’est-à-dire à l’état de matière inerte, insensible, de simple substance vide de respectabilité.

Auteurs :

PréfacierPierre-Jérôme Delage est maître de conférences à l’Université de Caen Normandie.


En suivant ce lien, retrouvez tous les livres dans la spécialité Autres ouvrages de philosophie du droit.

Descriptif : 

Préface :
Jean-Pierre MARGUéNAUD,
Reliure :
Broché
Nbr de pages :
1014
Dimension :
16 x 24 x 5 cm
Poids :
1565 gr
ISBN 10 :
2849341940
ISBN 13 :
9782849341940
71,00 €
Epuisé
Cet ouvrage n'est plus commercialisé
par l'éditeur
 (en savoir+)

Voir article similaire

Avis clients sur La condition animale. Essai juridique sur les justes places de l'Homme et de l'animal - mare et martin - Bibliothèque des thèses

(Ils sont modérés par nos soins et rédigés par des clients ayant acheté l'ouvrage)
Donnez votre avis