Nous utilisons des cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Ce site respecte la loi RGPD du 25 mai 2018. Pour en savoir plus, cliquez ici
(+33) 02 47 61 20 22 Du lundi au vendredi de 10H à 16H30

La fin du cheval

La fin du cheval - presses universitaires de valenciennes - 9782364240292 -
La fin du cheval 

Auteur : 

Editeur : PRESSES UNIVERSITAIRES DE VALENCIENNES

Collection : Transports et mobilités

Date parution :  (1ère édition)

La fin du cheval n'est évidemment pas celle du cheval comme espèce, mais celle du cheval comme « moteur ». Lorsqu'en 1899, Pierre Giffard publie La Fin du cheval, essai historique et polémique illustré par Albert Robida, cela s'inscrit dans un moment où s'impose une bascule technique, économique et sociale quasi définitive dans l'univers industriel de la fin du XIXe siècle: la perte de toute légitimité accordée à la traction animale comme mode de transport. La locomotive, la bicyclette et l'automobile invalident alors inexorablement l'équidé qui, même dans les campagnes, entame un irrésistible déclin. Aussi, Pierre Giffard cultive la nostalgie de cet univers fait de sensations, d'attentes, de gestes ou de désirs grâce auxquels l'homme et l'animal allaient l'amble dans la quotidienneté du déplacement. A sa façon, l'auteur se soumet à la loi du progrès, et la fin du cheval permet ainsi de dessiner et imaginer les locomotions du futur.

Placé au coeur de passions politiques, sous couvert de promotions concurrentes du sport cycliste et automobile, objet de la vindicte du Comte de Dion, le père de la marque automobile célèbre, et d'Henri Desgrange, l'inventeur du Tour de France, cet ouvrage, jamais réédité, était devenu introuvable. Souvent cité, plus rarement lu, La Fin du cheval vaut également par les illustrations, tout à la fois nostalgiques et visionnaires, d'Albert Robida.

Dès lors, une réédition commentée, reprenant scrupuleusement et le texte de Pierre Giffard, et les illustrations d'Albert Robida, s'imposait pour prendre enfin la pleine mesure d'un ouvrage dont l'enjeu va bien au delà d'une simple chronique par défaut du progrès.



La fin du cheval n'est évidemment pas celle du cheval comme espèce, mais celle du cheval comme « moteur ». Lorsqu'en 1899, Pierre Giffard publie La Fin du cheval, essai historique et polémique illustré par Albert Robida, cela s'inscrit dans un moment...

En suivant ce lien, retrouvez tous les livres dans la spécialité Equitation.
Préface : Georges VIGARELLO
Reliure : Broché
Nbr de pages : 272
Dimension : 4.50 x 3.26 x 1.70
ISBN 10 : 2364240298
ISBN 13 : 9782364240292
36,00 €
Sur commande , expédition sous 4 à 8 jours (en savoir plus)

Avis clients sur La fin du cheval - presses universitaires de valenciennes - Transports et mobilités

(Ils sont modérés par nos soins et rédigés par des clients ayant acheté l'ouvrage)
Donnez votre avis

Préface, par Georges Vigarello

Robida et Giffard, amis et compères pour l'automobile et le vélo, par Jean-Claude Viche

I. ? Origines du cheval : religieuse, scientifique. ? Chez les peuples de l'antiquité. ? Histoire sainte. ? Le coursier d'Absalon. ? Chez les Perses. ? Le cheval de Darius. ? Mythologie grecque : Hercule et les écuries d'Augias ; les Centaures ; Pégase ; le cheval de Troie ; chevaux marins ; chevaux de feu ; les chevaux d'Achille ;

II. ? L'opinion d'Aristote. ? Les Parthes et les Scythes. ? En Macédoine : Bucéphale. ? A Rome : le cheval de Curtius. ? Les chevaux numides. ? Vercingétorix. ? Le cheval de César. ? Incitatus. ? Les barbares. ? Le bidet d'Attila ;

III. ? Christianisme ; monde nouveau. ? Le cheval de l'Apocalypse. ? Saint Georges. ? La licorne. ? Le supplice de Brunehaut. ? Les rois fainéants ; concurrence des boeufs. ? Apparition d'un schisme. ? Mahomet. ? Antar. ? Charlemagne père de la chevalerie. ? Les croisades. ? Chevaliers de Malte et du Temple. ? L'Arioste. ? Cervantes. ? L'hippogriffe et Rossinante. ? La fin d'un monde. ? Bayard. ? La jument de Roland ;

IV. ? Le cheval paré par la main des Grâces. ? Haquenées, destriers, palefrois. ? Le tournoi. ? Tapisseries et peintures. ? La poste à cheval. ? Mazeppa. ? M. de Buffon. ? La cavalerie au Texel. ? Les chevaux blancs de Napoléon. ? Marbot, Murat, Poniatowski. ? Abd-el-Kader. ? Remonte de guerre. ? Waterloo, Morsbronn, Illy. ? La cavalerie de Bredow. ? Le cheval du maréchal Prim. ? Tunis. ? Retour à l'état premier ;

V. ? Apparition des routes. ? Le cheval attelé. ? Chars, basternes, carrosses, troïkas. ? Le gros trait. ? Gloire éphémère de trois siècles. ? L'enfer des chevaux ;

VI. ? Apparition de la bicyclette. ? Un cheval qui ne mange pas. ? Bienfait social. ? Facilité du déplacement. ? Plus de cavaliers ni d'amazones. ? Moeurs nouvelles. ? Nouvelle cavalerie. ? Funeste logique ;

VII. ? L'automobile. ? Tentatives anciennes. ? Triomphe des chemins de fer. ? Abandon momentané des routes. ? Question de force motrice. ? Vapeur du pétrole. ? Le petit moteur. ? Entrée dans la pratique. ? Pas de géant. ? Tableau de Paris en 1900 ;

VIII. ? Ceux qu'on ne remplace pas. ? Les chevaux de course. ? En Angleterre ? En France. ? Paradis pour chevaux ; IX. ? Le cheval au cirque. ? Dressage. ? Tours d'adresse et exercices de haute école. ? Écuyers, écuyères. ? Au théâtre ;

X. ? Hippologie. ? Sport mondain ;

XI. ? Hippophagie. ? Solution fatale. ? Comme le boeuf. ? « Sic transit... » ;

XII. ? Beaux-Arts. ? Le cheval du Parthénon. ? L'arc de triomphe romain. ? La Renaissance. ?Peintres et sculpteurs modernes. ? Littérature.