Nous utilisons des cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Ce site respecte la loi RGPD du 25 mai 2018. Pour en savoir plus, cliquez ici
(+33) 02 47 61 20 22 Du lundi au vendredi de 10H à 16H30

Le débat sur la psychanalyse dans la crise en France Tome 1

Le débat sur la psychanalyse dans la crise en France Tome 1 - l'harmattan - 9782296561823 -
Le débat sur la psychanalyse dans la crise en France Tome 1 

Auteur : 

Editeur : L'harmattan

Date parution :

Notre ouvrage, faisant suite à notre série des Anti-Onfray 1, 2 et 3, se propose en premier lieu la discussion critique et la réfutation du second ouvrage de Michel Onfray, intitulé Apostille, et paru en octobre 2010.
Onfray voudrait bien la psychanalyse mais sans Freud, nouvelle contradiction à ajouter à celles dont il a déjà coutume, en désaccord relatif sur ce point avec certains de ses alliés du Livre noir sur la psychanalyse qui préféreraient remplacer plus complètement encore le docteur Freud par les médecins et pharmaciens de Molière.
Des auteurs comme Reich, Janet, Reich, Sartre, mais surtout Politzer, nous ont paru importants à revisiter dans la perspective d'une telle réfutation.
Leur évaluation correcte échappe complètement à Onfray qui prétendrait les annexe à son propos, alors qu'ils viennent bien plutôt à l'appui de la psychanalyse.
Par ailleurs, en dehors de nos propres travaux, la prise en compte d'une réévaluation de la psychanalyse s'avère difficile dans la période actuelle, avec certaines tentatives toutes récentes, laborieuses mais timides, d'un " droit d'inventaire sur Freud " (2010).
Les deux volumes de notre ouvrage se complètent, mais peuvent être lus de manière complémentaire.
Dans l'état des choses, des solutions seraient à portée, mais la volonté et l'unité politiques des intéressés manquent encore.
La psychanalyse doit réfléchir sur ses problèmes tant externes qu'internes, en tout cas discuter davantage son lien possible avec les neurosciences comme avec la médecine et le peu qui reste de la psychologie à l'université.

Auteurs :

Emile Jalley, né en 1935, professeur émérite de psychologie clinique e épistémologie à l'Université Paris Nord, au cours de 16 volumes publiés aux Editions L'Harmattan et d'une vingtaine d'autres titres individuels et collectifs - 6 501 pages depuis 2004, soit 8 000 en tout, a conduit la tâche de longue haleine d'un Critique générale de la psychologie scientifique et des neurosciences contemporaine menée en vue d'une défense argumentée de l'importance de la psychanalyse dans les sciences humaines et la culture française et européenne. La confrontation récent avec le phénomène Onfray (3 volumes parus depuis juin 2010) poursuivait cette question tout en l'élargissant vers l'analyse d'une configuration de crise plus vaste et multiforme : opposition d'une contre-université à l'université officielle, débat sur le statut de la psychanalyse au sein des sciences humaines et des autres sciences, conflit social et politique larvé, avec divergence déjà fort sensible entre une tendance populiste et un bastion élitiste. Cependant, il s'agit encore au-delà de continuer prendre en compte l'actualité d'autres questions tout aussi urgentes, dans la crise française généralisée des espaces institutionnel, culturel, scientifique, biomédical économique et politique.


En suivant ce lien, retrouvez tous les livres dans la spécialité Essais.

Descriptif : 

Reliure :
Relié
Nbr de pages :
262
Dimension :
160 cm x 240 cm
Poids :
395 gr
ISBN 10 :
2296561829
ISBN 13 :
9782296561823
25,00 €
Sur commande
Expédié sous 4 à 8 jours (en savoir+)

Avis clients sur Le débat sur la psychanalyse dans la crise en France Tome 1 - l'harmattan -

(Ils sont modérés par nos soins et rédigés par des clients ayant acheté l'ouvrage)
Donnez votre avis

Sommaire

ENCORE ONFRAY
TOUJOURS ONFRAY
JANET, REICH ET SARTRE
LA CRITIQUE DES FONDEMENTS DE LA PSYCHOLOGIE DE POLITZER
LES FONDEMENTS DE LA PSYCHOLOGIE DE POLITZER
LA CRITIQUE FINALE DE LA PSYCHANALYSE PAR POLITZER
A PROPOS D'UN "DROIT D'INVENTAIRE" SUR FREUD