Nous utilisons des cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Ce site respecte la loi RGPD du 25 mai 2018. Pour en savoir plus, cliquez ici
(+33) 02 47 61 20 22 Du lundi au vendredi de 10H à 16H30

Techniques contre humanisme

Techniques contre humanisme - Sens and Tonka - 9782845342613 -
Techniques contre humanisme  
Livre Epuisé, voir article similaire
L'intelligence artificielle au service de l'architecture
Année : 03/2021 

Auteur : 

Editeur :  SENS AND TONKA

Date parution :

L'humanisme est issu de l'hospitalité, cette vertu antique née avant le langage : elle était l'équilibre instinctif des hommes encore proches de l'animal : ils vivaient en hordes, en bandes, en tribus, en meutes.
.
.
L'hospitalité avait humanisé leurs comportements innocemment sauvages : elle est devenue " humanisme ".
L'humanisme fluctuait à travers combats, guerres, famines, etc.
; il réapparaissait au cours des grandes périodes de prises de conscience, du Siècle grec jusqu'aux Lumières, jusqu'à nos jours, jusqu'à l'universalisation technique et marchande et le suicide collectif de l'humanité (comme les lemmings ?
).
.
.
Ainsi, dans les " premiers temps ", nous, les hominidés, nous vivions comme nos cousins les animaux : nous possédions cette cohésion de groupe (les loups ne se mangent pas entre eux) : c'était l'hospitalité, devenue plus tard, l'humanisme.
L'hospitalité s'est réfugiée dans notre cerveau reptilien qui est encore celui de l'instinct de la décision : les psychologues de la vente connaissent ce déclic " irrationnel ".
.
.
Lorsque nous étions préhistoriques, chasseurs, cueilleurs et promeneurs, nous avons très lentement inventé une première technique admirable : l'agriculture.
Celle-ci nous a imposé la sédentarisation et, spontanément est né l'urbanisme.
C'était déjà une révolution des moeurs : cela avait été a été le début encore innocent, des besoins de prévision et d'action sur la nature : la prospective y était née.
.
.
Ainsi, se sont créés les éléments urbains : un homme marche et il crée spontanément une rue : celle-ci est habitable, éternelle, vivante.
Elle se peuple d'habitations de chaque côté : elles se parlent : c'est une action humaniste de communication longitudinale et transversale.
Un autre homme marche à sa rencontre.
Ils s'arrêtent tous deux et se parlent : leur parole a ainsi créé la place, un autre espace humaniste de communication, lorsque des huttes se placent autour du chef.
Puis viennent une église, un café, des commerces, une autorité, etc.
Ce sont les deux formes urbaines éternelles : il y a encore la cour et le jardin.
.
.
La place et la rue ne sont pas des instruments rationnels : ce sont des liens mythiques et écologiques d'habitants.
Le Corbusier n'avait pas le droit de supprimer ce système de relation pour inventer une géométrie disciplinaire.
Puis la grille, l'échiquier : il n'est fait que de lignes parallèles.
Celles-ci sont des objets urbains qui, par définition géométrique, ne se rencontrent jamais !
Les Grecs avaient inventé l'échiquier mais, sagement, ils ne l'ont utilisé que pour leurs colonies d'Asie Mineure.
L'Acropole est une symphonie d'obliques, de désordre vivant.
.
.
Toute autre est la fondation, déjà militaire de Rome, sur un carré orienté selon un principe Nord/Sud abstrait.
Logique : il a commencé par un crime.

Auteurs :

Auteur ?Lucien Kroll est un architecte belge né à Bruxelles le 13 mars 1927. Ancien élève de l'Institut supérieur international d'urbanisme appliqué. Architecte de réputation mondiale, très proche du groupe d'architectes japonais Team Zoo, réputé pour leur travail très en relation avec la nature.
Depuis une cinquantaine d'année L. Kroll pratique ce que l'on appelle l'architecture « participative », c'est-à-dire qu'il élabore le concept de son architecture avec les futurs occupants.
Il a notamment réalisé une partie importante du campus de Woluwé-Saint-Lambert de l'Université catholique de Louvain. Le bâtiment principal du site, la Maison médicale (surnommé la « mémé ») rappelle un bidonville par l'utilisation de multiples matériaux, d'absence de symétrie, un aspect chaotique et des couleurs différentes.
L.?Kroll est par ailleurs un grand militant de l'écologie (« Les amis de la Terre ») et un défenseur de la norme HQE (haute qualité environnementale).

?L'humanisme est issu de l'hospitalité, cette vertu antique née avant le langage : elle était l'équilibre instinctif des hommes encore proches de l'animal : ils vivaient en hordes, en bandes, en tribus, en meutes... L'hospitalité avait humanisé leurs comportements innocemment sauvages : elle est devenue « humanisme ». L'humanisme fluctuait à travers combats, guerres, famines, etc. ; il réapparaissait au cours des grandes périodes de prises de conscience, du Siècle grec jusqu'aux Lumières, jusqu'à nos jours, jusqu'à l'universalisation technique et marchande et le suicide collectif de l'humanité (comme les lemmings ?)...
Ainsi, dans les « premiers temps », nous, les hominidés, nous vivions comme nos cousins les animaux : nous possédions cette cohésion de groupe (les loups ne se mangent pas entre eux) : c'était l'hospitalité, devenue plus tard, l'humanisme. L'hospitalité s'est réfugiée dans notre cerveau reptilien qui est encore celui de l'instinct de la décision : les psychologues de la vente connaissent ce déclic « irrationnel »...
Lorsque nous étions préhistoriques, chasseurs, cueilleurs et promeneurs, nous avons très lentement inventé une première technique admirable : l'agriculture. Celle-ci nous a imposé la sédentarisation et, spontanément est né l'urbanisme. C'était déjà une révolution des mœurs : cela avait été a été le début encore innocent, des besoins de prévision et d'action sur la nature : la prospective y était née...
Ainsi, se sont créés les éléments urbains : un homme marche et il crée spontanément une rue : celle-ci est habitable, éternelle, vivante. Elle se peuple d'habitations de chaque côté : elles se parlent : c'est une action humaniste de communication longitudinale et transversale.
Un autre homme marche à sa rencontre. Ils s'arrêtent tous deux et se parlent : leur parole a ainsi créé la place, un autre espace humaniste de communication, lorsque des huttes se placent autour du chef. Puis viennent une église, un café, des commerces, une autorité, etc. Ce sont les deux formes urbaines éternelles : il y a encore la cour et le jardin...
La place et la rue ne sont pas des instruments rationnels : ce sont des liens mythiques et écologiques d'habitants. Le Corbusier n'avait pas le droit de supprimer ce système de relation pour inventer une géométrie disciplinaire.
Puis la grille, l'échiquier : il n'est fait que de lignes parallèles. Celles-ci sont des objets urbains qui, par définition géométrique, ne se rencontrent jamais ! Les Grecs avaient inventé l'échiquier mais, sagement, ils ne l'ont utilisé que pour leurs colonies d'Asie Mineure. L'Acropole est une symphonie d'obliques, de désordre vivant... Toute autre est la fondation, déjà militaire de Rome, sur un carré orienté selon un principe Nord/Sud abstrait. Logique : il a commencé par un crime.
En suivant ce lien, retrouvez tous les livres dans la spécialité Animaux.
Reliure : Broché
Nbr de pages : 64
Dimension : 16 x 20 x 1 cm
Poids : 136 gr
ISBN 10 : 2845342616
ISBN 13 : 9782845342613
9,50 €
Epuisé , cet ouvrage n'est plus commercialisé par l'éditeur (en savoir plus)

Voir article similaire

Nouvelle édition L'intelligence artificielle au service de l'architecture
34,00 €

Avis clients sur Techniques contre humanisme - Sens and Tonka -

(Ils sont modérés par nos soins et rédigés par des clients ayant acheté l'ouvrage)
Donnez votre avis
Dernières parutions sur Essais, Ecosystème urbain et architecture en Asie orientale
26,00 €
Dernières parutions sur Essais, Identités du transitoire
25,00 €
Dernières parutions sur Essais, Empavillonner
20,00 €
Dernières parutions sur Essais, exercice(s) d'architecture n°09
12,00 €
Dernières parutions sur Essais, Faire et refaire
23,00 €
Dernières parutions sur Essais, Chateaux et cités fortifiés
29,00 €